Mon site SPIP

Département de Recherche en Economie, Sociologie Rurale et Transfert de Technologies

Le département mène des activités de recherche relatives à l’économie rurale et au transfert des technologies.

Responsable : Dr Marou ZARAFI HASSANE, Agroé-conomiste Contact :

PRESENTATION-

MISSION

- Assister les autres départements techniques de l’ INRAN, les services techniques du Ministère du Développement agricole et les projets de développement dans le domaine socio-économique ;

- Vérifier la rentabilité et l’adaptabilité en milieu réel des technologies générées par la recherche

- Participer aux autres activités de l’Institut : Journées biologiques, JPO, Foires nationales et internationales.

RESSOURCES

- Ressources humaines permanentes en 2008 : 11

- Ressources humaines non permanentes en 2008 : 5

- Ressources materielles et financières pm

ACTIVITES DE RECHERCHE

- Etudes et Activités de Transfert de technologies ; Diagnostics, Filières de produits, Impacts et Adoption, Suivi-évaluation, Essais en Milieu Réel (EMR) et Tests en Milieu Paysan (TMP) ;

- Réunions et ateliers à l’intérieur et à l’extérieur du Niger ;

RESULTATS SAILLANTS ACTIVITES D’ETUDES

Enquêtes diagnostic de base (1976-1989-1993-1994)

- Identification des domaines de recommandations de nouvelles technologies ;
- Les cultures associées couvrent 70% des superficies mises en valeur dont 31% mil/niébé et 15% mil /sorgho et 24% mil/arachide ;
- Le sorgho semé en association occupe une partie importante dans le système de production des zones de Gaya et de Birni Konni ; Les paysans possèdent un capital assez important sous forme d’animaux mais l’enquête a mis en question la disponibilité de ce capital pour financer les nouvelles technologies agricoles ;
- Le premier sarclage est une période d’intense activité pour le paysan de la zone ;
- Les coûts d’opportunité de la main d’œuvre et du capital sont relativement élevés

DIAGNOSTIC APPROFONDI ET ÉTUDE DES PERFORMANCES DU PÉRIMÈTRE RIZICOLE DE SAGA EN 1994

- Un effort de formation doit être fourni en direction des producteurs pour le respect des dates d’opérations culturales et une meilleure utilisation des UCA dans la conduite du calendrier cultural ;
- La campagne saison humide exige une main d’œuvre d’environ 300h/j par hectare dont 236 en rizicultures et 64 aux champs dunaires. La main d’œuvre salariée représente 28% de l’ensemble. En riziculture, la main d’œuvre salariée représente 32% du total en saison humide et 9 à 10% en saison sèche.
- La hauteur moyenne d’eau utilisée par parcelle durant la campagne est de 452 mm. En faisant une correction de 20 mm pour la mise en eau, on obtient en moyenne 472 mm pour la campagne sans compter la pépinière. Ceci donne (avec l’écart type de 129 mm) un intervalle de 340 à 600 mm d’eau consommée par parcelle alors que les normes couramment admises en zone tropicale sont de 450 à 700 mm par cycle (FAO, 1987). Ce qui dénote l’existence de parcelles insuffisamment arrosées sur le périmètre de Saga.

ETUDES D’ADOPTION ET D’IMPACTS (1998-2002)

- Le revenu monétaire de la vente du bois représente entre 27 et 44% du revenu de l’exploitation dans la zone de Say ;
- Grâce aux marchés ruraux, les femmes ont pu connaître une amélioration de leurs conditions de vie dans la zone de Say ;
- La non disponibilité au niveau des villages et l’insuffisance de l’information constituent les principaux goulots d’étranglement à l’utilisation des variétés améliorées de sorgho ;
- La disponibilité des semences apparaît aussi parmi les principales raisons à l’abandon des hybrides de sorgho notamment la NAD ;
- Une seule variable est pertinente dans l’explication de l’adoption de NAD1 par les paysans des deux zones : l’expérience de l’exploitant dans la culture du sorgho.

Etudes de marchés (1998-1999-2003)

- De 1990 à 1995, l’évolution du marché nigérien fait apparaître dans la plupart des cas, une tendance à la stationnarité des prix, voire une très légère hausse. Cette tendance sera remise en cause à partir de 1996 où l’on note une importante hausse qui propulse les prix de l’ensemble des produits agricoles dans des proportions jamais atteints depuis la libéralisation.
- A la fin du premier semestre 98, les prix de l’ensemble des céréales sèches ont doublé par rapport au niveau qui prévalait avant la dévaluation (moyenne 90-93).
- Les prix des céréales ont certes beaucoup augmenté ces dernières années mais il convient de préciser que cette hausse intervient dans un contexte général inflationniste, en particulier à partir de 1995.
- L’offre saisonnière, la couleur, la mesure et le niveau de dommage causé aux graines par les insectes expliquent 63 à 97% de la variabilité des prix sur les marchés sélectionnés du Cameroun, Ghana, Sénégal et Nigeria.
- Les consommateurs préfèrent généralement les grosses graines et réduisent le prix des graines endommagées par les insectes lors de la conservation.
- Les consommateurs sont disposés à payer des primes entre 0.67 à 2% du prix moyen pour chaque 100 grammes de graines en plus. Plusieurs facteurs contraignent le développement du commerce du niébé dont le coût élevé du transport et des tarifs douaniers.
- Le Niger, Burkina Faso, Bénin, Mali, Cameroun, Tchad et le Sénégal sont les pays exportateurs ; le Nigeria, Ghana, Togo, Côte d’Ivoire, Gabon et la Mauritanie sont les importateurs

CARACTERISTIQUES PREFEREES DE QUATRE ESPÈCES FRUITIÈRES CIBLÉES AU NIGER -2006

SITES DE TANDA (DEPARTEMENT DE GAYA) ET BANTCHE (DEPARTEMENT DE MADAROUNFA)

- Trois autres espèces intéressent les populations des sites du Niger : Diospyros mespiliformis, Vitex doniana et Hyphaene thebaica
- Ziziphus n’occupe pas une place de choix sur le site de Gaya contrairement au site de Madarounfa
- Les caractéristiques organoleptiques et la valeur marchande (goûts et couleur) priment sur les autres critères de choix (tailles)


Accueil du site | Contact | Plan du site | visites : 579442

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Activités de recherche  Suivre la vie du site Départements  Suivre la vie du site Recherche en économie, Sociologie Rurales et Tranfert de (...)   ?

site INRAN réalisé par le CNF de Niamey dans le cadre du projet volontariat Francophone de l'OIF

Creative Commons License