Mon site SPIP

Département de Production Animale

Le département gère toute activité de recherches relatives à la pathologie, l’alimentation et la nutrition animale ainsi qu’à la zootechnie et à l’aménagement des espaces agro- sylvo-pastoraux en zone sèche et humide.

Responsable : Dr Salissou ISSA, Émail : salissouissa@yahoo.fr / sissa@ksu.edu Tel : +22798539146 / +22791445785

Travaux de recherche-en santé animale

- Prédominants jusqu’au début des années 80
- Recommandations adressées aux services d’Elevage
- Axés principalement sur zoonoses (brucellose, chlamydiose, Fièvre Q, - salmonellose) et parasitologie (parasites du mouton, du veau, de la volaille et du dromadaire)
- Tests de médicaments vétérinaires (Disto 5®, Exhelm, Prothidum®, - Dichlorvos®, Flectron® etc), en collaboration avec des laboratoires pharmaceutiques européens
- Principaux résultats obtenus :

1. Prévalence de la brucellose dans plusieurs localités du pays en 1979 (ex. 13% à Kirkissoye, 33,5% au ranch de Toukounouss, 4,7% à Ayérou, 3,3% à Ouallam, prévalences de 3 à 13% selon les localités)

2. Découverte de Dicrocoelium hospes au Niger chez des zébus (Revue d’Elevage et de Médecine vétérinaire des pays tropicaux, 1979, 32 (1), 53-55) ; l’aire de répartition de ce trématode a été ainsi étendue au 14ème parallèle de latitude Nord (= contribution de l’INRAN à l’avancement de la Parasitologie)

3. Campagne de recherche de Dicrocoelium hospes au Niger (14% des moutons autopsiés dans marchés Torodi, Gothèye et Tillabéry infestés)

4. Campagnes d’autopsies chez le mouton, le dromadaire et le veau dans tout le pays : prévalences des parasites classées par ordre d’importance

5. Essais comparatifs de traitements antiparasitaires et calcul économique entre plusieurs options

6. Formation des agents de l’Elevage aux traitements antiparasitaire

Travaux de recherche-en agrostologie

- Grande quantité de travaux de recherche en agrostologie
- Activité importante de l’INRAN qui a perduré jusqu’au début des années 90
- Actuellement abandonnée depuis le départ du dernier chercheur agrostologue à la retraite
- Aujourd’hui, l’INRAN ne dispose pas de semences fourragères malgré une demande constante
- Seuls un important herbier, les rapports d’activité et la station d’agrostologie constituent les vestiges physiques des recherches agrostologiques d’antan
- Principaux résultats obtenus

1. Introduction de graminées et légumineuses de Côte d’Ivoire et tests de charge

2. Culture fourragère sous irrigation et fertilisation

3. Embouche bovine sur sole fourragère irriguée

4. Fiches techniques de Penisetum purpureum, Stylosanthes guyanesis, Panicum maximum, Macroptilium atropupureum, Echinochloa stagnina (bourgou)

5. Evaluation de la productivité de nombreuses variétés de niébé fourrager ; TN 15-78, TN 113-80 et TN2-78 = meilleures variétés fourragères

Sélection des petits ruminants

- Activité ayant duré le plus longtemps parmi les recherches en PA
- A concerné plusieurs espèces : Oudah variétés blanche et bicolore, Bali-Bali, Ara-Ara, Koundoum variétés noire et blanche
- Placement et suivi des géniteurs sélectionnés chez les producteurs de plusieurs villages
- Actuellement, réduite à la conservation génétique du mouton Koundoum, variétés noire et blanche à la station zootechnique de Kollo

Travaux de recherche-en aviculture

- Démarée en 1985 avec l’enquête sur les maladies aviaires et les parasites des poules et pintades dans les villages de Diakindi, Boki, Kobadié, Hamdallaye, Goubé et Karma (1985-1987)
- Financement enquête 1985 : Service de l’aviculture du ministère chargé de l’Elevage et coopération allemande (GTZ)
- A partir de 1994, recrutement d’un chercheur en aviculture ; programme de recherches sur la pintade ; formations du chercheur en DEA et PhD en aviculture
- 2005 : un 2ème checheur en formation de PhD en aviculture
- Principaux résultats obtenus

1. Enquête sérologique et parasitaire chez la volaille (1985) Prévalence maladie de Newcastle, 18,6% chez poules et 20,1% chez pintades ; pullorose, 26,8% chez poules et 30,2% chez pintades Prévalences de parasites élevées (cestodes surtout) mais infestations non massives parasites externes très souvent poux mais infestations légères sauf pour l’infestation des poussins et jeunes par les larves d’Argas (Argas persicus)

2. Enquête sur les systèmes de production pintade (1995-96) Trois types de systèmes de production (intensif, semi-intensif et extensif) et 5 variétés de pintades locales caractérisées (“Zabako”, “Angoulou”, “Koural Fataké”, “Jaa”, “Hwaraa”), Circuit de commercialisation de la volaille villageoise décrit contraintes au dévelopmt de la méléagriculture diagnostiquées perspectives de développement de la méléagriculture dégagées

3. Enquête sérologique et parasitaire chez la pintade (1998) Prévalences moyennes de maladie de Newcastle 13,7% ; maladie de Gumboro 28,6% ; mycoplasmose 3,2% et pasteurellose 2,1% chez la pintade au Niger Prévalences des parasites et observations cliniques ont confirmé les conclusions des chercheurs tirées de l’enquête de 1985

4. Remplacement du maïs par le sorgho dans les rations de poulets de chair et pondeuses élevés en intensif (2004-2006) Coût d’aliment = 70% du PR du poulet de chair ; cessation d’acti-vité des plusieurs fermes avicoles (avril 2004) car maïs trop cher Cependant, il existe des variétés locales ou améliorées de sorgho sans tanins pouvant donner des performances similaires au maïs performances des poulets de chair et pondeuses réalisées avec la variété IRAT 204 ont été égales à celles obtenues avec le maïs dans des conditions identiques (expérience ferme avicole Goudel)

Travaux de recherche en alimentation animale

Activité ayant pris de l’importance avec l’avènement du PNRA :
- Enormes problèmes alimentaires pesant sur production animale rurale et périurbaine
- Exigence de recherches en milieu paysan (PNRA)
- Recherches en alimentation très prisées par les producteurs (contribution à l’alimentation)
- Majorité de chercheurs généralistes qui se sont ensuite spécialisés (ou sont en voie de spécialisation) en nutrition animale
- Principaux résultats obtenus

1. Mise au point d’un hache-paille motorisé : Il a permis d’améliorer considérablement le taux d’ingestion des tiges de mil mélangées à des fanes de niébé (très demandé/prod.) Son prix moyen : 550 000 FCFA en 1998 Sa durée de vie : > 10 ans avec un bon entretien

2. Etude technico-écon. des élevages laitiers périurbains de Ny : Faibles performances laitières et de reproduction Liées aux problèmes d’alimentation des animaux L’alimentation représente 91 à 95% des charges d’exploitation

3. Tests en milieu paysan des rations d’embouche ovine Valeurs nutritives résidu d’oseille > pailles de Zornia et de brousse Efficacité alimentaire des rations à base de résidu d’oseille > celle des rations à base de paille de Zornia glochidiata La ration à base de résidu d’oseille et celle à base de Zornia supplémentées avec 300 g de fanes de niébé par animal par jour sont économiquement les plus rentables (GMQ : 180 à 190 g/jour)

Travaux de recherche-en pastoralisme

- Commencés durant le PNRA (recrutement d’une consultante spécialiste, création du CERRA de Tahoua)
- Très demandés par les projets de développement ou de Recherche-Développement (transfert de techniques aux producteurs)
- Aménagement de parcours (lutte contre les espèces envahissantes)
- Ensemencement des parcours (restauration des terres dégradées)
- Constituent actuellement, avec le transfert des technologies d’embouche ovine et bovine en milieu paysan, l’essentiel des activités du DPA
- Principaux résultats obtenus

1. ’’Lutte contre le Sida cordifolia : il a été identifié deux espèces de plantes capables d’étouffer le Sida cordifolia (98% de mortalité) lorsqu’elles lui sont associées dans les mêmes proportions. Il s’agit de Cassia tora et Hibiscus sabdariffa qui sont consommées par l’Homme et appétées par les animaux’’

2. ’’Les travaux sur l’utilisation des fanes de Sida cordifolia et d’oignon, associés aux fourrages conventionnels à des proportions respectives de 25 et 50%, ont montré la possibilité de la valorisation des fanes de Sida cordifolia et d’oignon dans l’alimentation des ruminants’’

3. ’’Une étude sur le développement des ligneux fourragers ou à usages multiples dans l’Arrondissement de Say a montré que l’espèce Guiera senegalensis (qui représente 89% des arbres et arbustes de la zone) est bien consommée et constitue l’essentiel des fourrages verts en saison sèche’’

4. ’’Dans le cadre des projets PADL/Diffa, DMP/GEF et ITT/INSAH/USAID, les activités sont axées sur l’amélioration et la gestion des parcours dégradés à travers l’ensemencement des herbacées et la plantation des ligneux fourragers. Les activités sont reconduites en 2006 compte tenu des résultats satisfaisants obtenus par les producteurs’’

Travaux de recherche divers

- Enquête nationale sur les stratégies d’utilisation efficiente des résidus de culture, des SPA et SPAI et des fourrages cultivés dans l’alimentation du bétail
- Etude des critères traditionnels de choix des bovins de différents type de production
- Description de la méthode d’étude de l’état corporel au Niger, versions A et B
- Amélioration de l’aviculture traditionnelle par le transfert de techniques simples dans deux villages du Niger (Prix du CIRDES au FRSIT 2006, Ouagadougou, Burkina Faso)

Quelques resultats en images


Accueil du site | Contact | Plan du site | visites : 511614

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Activités de recherche  Suivre la vie du site Départements  Suivre la vie du site Production Animale   ?

site INRAN réalisé par le CNF de Niamey dans le cadre du projet volontariat Francophone de l'OIF

Creative Commons License