Mon site SPIP

Historique

Il existait au Niger, bien avant l’indépendance, plusieurs instituts français menant des activités de recherche en général focalisées sur des cultures ou des préoccupations de la métropole. Parmi ces instituts, on peut citer :

1. l’ IRAT  : Institut de Recherche Agronomique Tropical qui a travaillé sur les cultures vivrières (mil, sorgho, niébé, arachide) la fertilité des sols, la protection des cultures, etc. Pour réaliser leurs activités, deux stations de recherche ont été crées en 1928 à Tarna (Maradi) et 1930 à Kollo.

2. l’ IEMVT  : Institut d’Elevage et de Médecine Vétérinaire Tropicale qui a travaillé sur les ressources animales en particulier sur les différentes races locales, les maladies animales et le développement de vaccins. En 1931, une station expérimentale d’élevage voit le jour à Toukounous (Filingué), suivi d’un laboratoire de production de vaccins à Niamey ;

3. l’IRHO  : Institut de Recherche sur les Huiles et Oléagineux qui a effectué des études sur les oléagineux et plus principalement l’arachide pour la production d’huile ;

4. le CTFT  : Centre Technique Forestier Tropical qui a effectué des recherches sur les techniques sylvicoles et de production des plants avec l’introduction et l’acclimatation des espèces exotiques comme le neem (Azadirechta indica ) et l’Eucalyptus camaldulensis ;

5. L’ORSTOM  : Office de Recherche Scientifique et Technique d’Outre Mer engage surtout dans les recherches en matière d’hydrologie, mais également sur l’anthropologie et l’agriculture, en particulier la collecte des variétés de mil du Niger. Cet institut est actuellement dénommé IRD (Institut de Recherche pour le Développement) ;

6. la CDFT  : pour le développement du coton

La recherche agronomique nationale a démarré au Niger avec la création de l’INRAN par l’Ordonnance N°75-01 / PCMS du 07 Janvier 1975. L’idée de sa création est née des conséquences de la grande sécheresse de 1973, sécheresse qui a fait beaucoup de ravages aussi bien sur le plan humain et celui du cheptel que sur le plan écologique. Les changements politiques intervenus en 1974 avec la mise en place d’un régime d’exception ont conduit les autorités à créer cette institution malgré le manque de personnel qualifiée.

Après sa création, et du fait du manque de cadres destinés à cette nouvelle vocation, deux options complémentaires avaient été utilisées pour permettre de structurer la recherche et mener les premières activités.

- Le transfert d’enseignants de formation supérieure et des agents destinés à la vulgarisation agricole pour constituer le premier pool de chercheurs ; et l’affectation des techniciens des anciens instituts français à l’INRAN en particulier dans les domaines de l’élevage, de la foresterie et de l’agriculture ;

- La formation de personnels scientifiques surtout dans les universités américaines grâce à des bourses mises à la disposition du pays par la coopération américaine.

Progressivement, avec le retour des premiers ingénieurs dans les années 1977 et la structuration de l’institut en plusieurs départements de recherche, les priorités nationales ont été dégagées et transformées en thèmes de recherche. C’est ainsi que cinq départements clés sont nés : le département en recherche agricole, le département de recherches écologiques, le département de recherche forestière, le département de recherches zootechniques et vétérinaires, et en fin le département de recherche en économie rurale.

D’autres pôles de recherche ont vu le jour dans le pays : l’université de Niamey avec la création de la faculté d’Agronomie, l’installation de l’ICRISAT dans les années 80, la création du Centre Agrhymet, etc.

La structuration en départements de l’INRAN avait été modifiée avec la mise en œuvre d’un projet financé par la Banque Mondiale (Projet National d’Appui à la Recherche Agricole). Une structuration en programmes de recherche focalisée autour des cultures a été utilisée : Cultures pluviales, cultures irriguées, etc. A la fin de ce projet en Décembre 1998, cette structuration, qui faisait appel à des équipes de recherches autour d’une filière et qui avait des financements suffisants pour fonctionner, a été abandonnée au profit du système département.


Accueil du site | Contact | Plan du site | visites : 606315

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site A propos de l’ INRAN   ?

site INRAN réalisé par le CNF de Niamey dans le cadre du projet volontariat Francophone de l'OIF

Creative Commons License